Restauration de Eames lounge

par Philippe Hafner  -  9 Mars 2015, 20:55  -  #Sièges, #XXème, #Cuir, #Vintage, #Eames

.

 

  

 

Enlèvement  &  livraison  dans  toute  la  France

 

 

 

 

 

Avis de mes clients sur Google

Avis de mes clients sur Houzz

 

 

D'une part deux fauteuils et un ottoman sont arrivés dans mon atelier

pour une remise en état complète.

 

 

Je vous invite à un "état des lieux" :

Manchettes crevées,

carton plié,

 

 

coussins d'assise "raplaplats" sur le devant

 

 

et sur-gonflés sur l'arrière.

 

 

 

Coques décolorées,

 

 

Ayant subies les affres du temps :

Projections diverses,

 

 

éraflures,

placage arraché.

 

 

D'autre-part, un fauteuil noir accompagné de deux fauteuils blancs.

À nouveau manchettes crevées,

 

 

garnitures en mousse bien érodés,

 

 

coussins avachis.

 

 

En prime, cette fois-ci, le placage a été mordu par un jeune chien.

 

 

À tel point que même la face interne est entamée et garde encore

la trace de ces belles dents !

 

 

Ces trois fauteuils ont été raportés des USA

avec un séjour plus ou moins prolongé dans un container

quelque part sur un quai de san Fransisco ou du Havre...

 

 

Sans vouloir être médisant, vu l'état d'oxydation de ce piétement,

je pencherai plutôt pour un séjour trop long sur un quai du Havre...

 

 

Ne me demander pas pourquoi.

C'est juste une intuition.

 

 

 

Nous nous trouvons chez mon ami

Christophe-bret  ébeniste designer,

lui aussi ancien de l'école Boulle.

L'état pitoyable de l'ébenisterie des deux fauteuils blancs

nécessite son savoir-faire.

À cet instant, il procède à un premier diagnostique.

Quelques semaines plus tard,

ll me les rendra totalement métamorphosés

après qu'il ait procédé à de multiples "greffes" de placage et découvert

qu'il ne s'agissait pas de noyer mais bien de palissandre de Rio.

 

Pendant ce temps là, de mon côté,

je démonte les trois fauteuils restants

pour une inspection en règle.

 

 

Supports des dossiers décolorés, oxydés

 

 

et profondément rayés,

 

 

Pièce de liaison assise/dos rongée par l'oxydation

qu'il va falloir remplacer par une pièce neuve.

 

 

Les voici totalement démontés avant restauration.

Les coussins et manchettes sont déjà prêts (en ariière plan à droite).

 

 

Là, c'est le fameux piétement qui a du séjourner au Havre

après polissage et recoloration.

Il n'y a pas de miracle...

On voit encore les points d'oxydation

mais quand même très nettement atténués.

Seul un passage entre les mains d'un véritable peintre-carrossier

permettrait d'éffacer totalement ces vilaines traces

et à un moment donné il faut songer à soulager le porte-feuilles

(tiens ! il y a un double sens !) de l'heureux propriétaire de ces Eames

qui ont quand même retrouvé une "sacré gueule"...

 

 

Et là,

c'est après que j'ai verni les coques,

désoxydé,

poli et recoloré les pièces en alu,

restauré les coussins et manchettes,

réparé/renforcé les cartons,

démonté et graissé les pieds qui tournent à nouveau,

recollé le fauteuil cassé,

rebouché le trou des vis

et repositionné au bon endroit les pressions des coussins,

nettoyé les silent bloc des dossiers

et mille petites choses encore.

 

Ah ! j'oubliais, cette fois-ci,

j'ai même eu droit à des cartons carrément découpé

le long de la couture de la fermeture à glissière.

Il ne reste plus qu'à les remonter et à les admirer.

 

 

Ici,

les deux premiers fauteuils et l'ottoman

parés du fameux cuir 100 % aniline en provenance directe

d'une tannerie italienne

au toucher et à la profondeur de teinte exceptionnel.

De plus, le coloris n'est pas un noir franc

mais un anthracite un peu plus doux à l'œil

qui va se patiner et se nuancer

au gré de l'usage que vont en faire leurs heureux propriétaires

quelque part en Bretagne.

 

 

Et là,

on retrouve le fauteuil noir et les deux fauteuils blancs

qui maintenant sont tous noirs.

 

 

Eux aussi, sont recouverts d'un cuir mat anthracite,

cett dois-ci pigmenté ne nécessitant que très peu d'entretien

(pratique avec de jeunes enfants) et au toucher très doux.

 

 

Le palissandre a retrouvé son éclat et toute sa force.

Même dessous !

 

 

 Les pieds et leurs petits patins blancs aussi.

 

 

Les traces de morsures ont disparues.

 

 

Le contraste du cuir mat sur les reflets du palissandre

est du meilleur effet.

 

 

Les manchettes donnent envie de poser la main.

 

 

Les coussins sont bien ronds.

 

 

Les pièces en alu ont retrouvé leur éclat d'origine.

Que dire du palissandre ?

Je vous invite à retourner au début de cet article

pour vous remémorer l'état d'origine...

 

 

Et les silent bloc, eux-aussi ont changé de couleur et d'aspect.

Ces six sièges ont été fabriqué en France il y a plus de quarante ans.

Merci à Ray & Charles Eames.

Dans quarante ans, il suffira de recommencer.